1
5
4
3
2

Présentation de ROJ

logo-roj

Qui sommes-nous?
  • Le Réseau d’observation de la Justice (ROJ) est un projet lancé en 2012, conjointement par l’Ordre National des Avocats de Tunisie (ONAT), la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) et l’ONG internationale Avocats Sans Frontières (ASF) pour promouvoir les standards internationaux dans l’administration de la justice pénale en Tunisie.Le ROJ a pour mission d’observer les procès pénaux ainsi que la mise en œuvre du droit par les juridictions et les acteurs judiciaires tunisiens, en référence aux standards internationaux applicables en Tunisie relatifs au droit à un procès équitable.Au cours de la période octobre 2012 – novembre 2013, 94 procès pénaux ont été suivis, ce qui représente un total de 171 audiences réparties sur plusieurs tribunaux en Tunisie. Egalement, trois rapports ont été publiés sur les principales tendances de la pratique du procès pénal, ce qui a permis de proposer une série de recommandations concrètes visant à renforcer l’Etat de droit en Tunisie. Depuis janvier 2015, le ROJ a mis sous la loupe des procès liés à des sujets d’actualité dans le débat public, tels que la lutte contre le terrorisme, les libertés publiques, la torture. Pour le présent rapport, consacré à la consommation de stupéfiants, 118 audiences et 98 procès ont été observés dans la période avril-aout 2015. Contribuer à la mise en place d’une justice indépendante garante des droits et libertés, ainsi que le renforcement de l’État de droit, accessible à tous en Tunisie sans discrimination.

La chartes ROJ

1 - Indépendance
2 – Transparence
3 – Ouverture et promotion d’un dialogue constructif
4 – Non-discrimination

Plus info

Activités

Observation des procès
Formations
Tables Rondes
Journées d'informations

Actualités

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

news1

août 18, 2015août 18, 2015
Nemo quaeso miretur, si post exsudatos labores itinerum longos congestosque adfatim commeatus fiducia vestri ductante barbaricos pagos adventans velut mutato repente consilio ad placidiora deverti. Nec sane haec sola pernicies orientem diversis cladibus adfligebat. Namque et Isauri, quibus est usitatum saepe pacari saepeque inopinis excursibus cuncta miscere, ex latrociniis occultis et raris, alente inpunitate adulescentem in peius audaciam ad bella gravia proruperunt, diu quidem perduelles spiritus inrequietis motibus erigentes, hac tamen indignitate perciti vehementer, ut iactitabant, quod eorum capiti quidam consortes apud Iconium Pisidiae oppidum in amphitheatrali spectaculo feris praedatricibus obiecti sunt praeter morem. Et hanc quidem praeter oppida multa duae civitates exornant Seleucia opus Seleuci regis, et Claudiopolis quam deduxit coloniam Claudius Caesar. Isaura enim antehac nimium potens, olim subversa ut rebellatrix interneciva aegre vestigia claritudinis pristinae monstrat admodum pauca. Quid enim tam absurdum quam delectari multis inanimis rebus, ut honore, ut gloria, ut aedificio, ut vestitu cultuque corporis, animante virtute praedito, eo qui vel amare vel, ut ita dicam, redamare possit, non admodum delectari? Nihil est enim remuneratione benevolentiae, nihil vicissitudine studiorum officiorumque iucundius.