Le Réseau d’Observation de la Justice (ROJ) est un projet lancé suite à la révolution tunisienne, par l’Ordre National des Avocats de Tunisie (ONAT), la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) et Avocats Sans Frontières-Belgique (ASF) pour promouvoir les standards internationaux dans l’administration de la justice. Le ROJ mobilise la société civile, les professionnels du droit et les défenseurs des droits humains pour observer l’administration de la justice pénale et contribuer, sur base des informations collectées, à un travail d’analyse et de recommandations pour la réforme de la justice en Tunisie.

Le ROJ est unique en son genre sur le territoire tunisien et pionnier dans le monde arabe. En effet, bien que d’autres actions d’observation de la justice (telles que des observations de procès emblématiques) aient été menées au cours des dernières années par la société civile, c’est la première fois qu’un projet d’observation a pour vocation une collecte systématique, une centralisation et une conservation des informations qui permettent une analyse à la fois quantitative et qualitative ainsi qu’un suivi effectif de l’administration de la justice.

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

news1

août 18, 2015août 18, 2015
Nemo quaeso miretur, si post exsudatos labores itinerum longos congestosque adfatim commeatus fiducia vestri ductante barbaricos pagos adventans velut mutato repente consilio ad placidiora deverti. Nec sane haec sola pernicies orientem diversis cladibus adfligebat. Namque et Isauri, quibus est usitatum saepe pacari saepeque inopinis excursibus cuncta miscere, ex latrociniis occultis et raris, alente inpunitate adulescentem in peius audaciam ad bella gravia proruperunt, diu quidem perduelles spiritus inrequietis motibus erigentes, hac tamen indignitate perciti vehementer, ut iactitabant, quod eorum capiti quidam consortes apud Iconium Pisidiae oppidum in amphitheatrali spectaculo feris praedatricibus obiecti sunt praeter morem. Et hanc quidem praeter oppida multa duae civitates exornant Seleucia opus Seleuci regis, et Claudiopolis quam deduxit coloniam Claudius Caesar. Isaura enim antehac nimium potens, olim subversa ut rebellatrix interneciva aegre vestigia claritudinis pristinae monstrat admodum pauca. Quid enim tam absurdum quam delectari multis inanimis rebus, ut honore, ut gloria, ut aedificio, ut vestitu cultuque corporis, animante virtute praedito, eo qui vel amare vel, ut ita dicam, redamare possit, non admodum delectari? Nihil est enim remuneratione benevolentiae, nihil vicissitudine studiorum officiorumque iucundius.