Garde à vue en Tunisie: Nouvelles dispositions législatives et leur mise en œuvre opérationnelle

Lieu: Tunis

Date: 04/02/2016

Descriptif de l’activité: Dans le cadre de projet GAV et seulement deux jours après l’adoption de la nouvelle loi relative à présence de l’avocat en garde à vue, un atelier a été organisé en partenariat avec l’ONAT et avec le soutien du PARJ et PNUD. Cette activité a été un moment de réflexion et d’échange concernant les avantages et les inconvénients de cette loi avec un intérêt vers les enjeux pratiques. La commission Salduz – Bruxelles ont été les invités de cette conférence avec une participation significative du ministère de l’intérieur et ministère de la justice.

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

news1

août 18, 2015août 18, 2015
Nemo quaeso miretur, si post exsudatos labores itinerum longos congestosque adfatim commeatus fiducia vestri ductante barbaricos pagos adventans velut mutato repente consilio ad placidiora deverti. Nec sane haec sola pernicies orientem diversis cladibus adfligebat. Namque et Isauri, quibus est usitatum saepe pacari saepeque inopinis excursibus cuncta miscere, ex latrociniis occultis et raris, alente inpunitate adulescentem in peius audaciam ad bella gravia proruperunt, diu quidem perduelles spiritus inrequietis motibus erigentes, hac tamen indignitate perciti vehementer, ut iactitabant, quod eorum capiti quidam consortes apud Iconium Pisidiae oppidum in amphitheatrali spectaculo feris praedatricibus obiecti sunt praeter morem. Et hanc quidem praeter oppida multa duae civitates exornant Seleucia opus Seleuci regis, et Claudiopolis quam deduxit coloniam Claudius Caesar. Isaura enim antehac nimium potens, olim subversa ut rebellatrix interneciva aegre vestigia claritudinis pristinae monstrat admodum pauca. Quid enim tam absurdum quam delectari multis inanimis rebus, ut honore, ut gloria, ut aedificio, ut vestitu cultuque corporis, animante virtute praedito, eo qui vel amare vel, ut ita dicam, redamare possit, non admodum delectari? Nihil est enim remuneratione benevolentiae, nihil vicissitudine studiorum officiorumque iucundius.